Portail Incendie

Switch to desktop Register Login

Dossier FORMATION

Cadre

LA FORMATION

La formation est un élément clé de l’ensemble du projet professionnel et social de l’Etablissement. C’est par son intermédiaire que la communication prend toute son ampleur !

Elle favorise le maintien et le développement des compétences, accroît la motivation et la responsabilisation de chacun en permettant le développement personnel et professionnel.

IL NE FAUT PAS PREVOIR UN PLAN DE FORMATION GLOBAL mais adapter son discours à ses interlocuteurs. C’est à cette unique condition que l’on pourra arriver à l’instauration d’un Etat d’esprit Sécurité dans l’Etablissement.

Pour être efficace, la lutte contre l’incendie suppose un parfaite connaissance du risque et une réaction immédiate et sans hésitation du personnel.

Les séances de formation doivent donc inclure des actions préventives, axées sur la responsabilisation du personnel par une mise en application sur leur vie quotidienne : Si un incendie de produits chimiques ne sera pas évocateur pour l’interlocuteur, un feu de friteuse le rendra beaucoup plus réceptif sur les moyens de prévention et d’intervention à considérer. Il suffira ensuite d’étendre l’exemple à un cas beaucoup plus général approprié à l’Etablissement.

LA PREVENTION PASSE PRINCIPALEMENT PAR L’ACQUISITION DE REFLEXES.

NE REGARDE T-ON PAS DE CHAQUE COTE AVANT DE TRAVERSER UNE ROUTE ???

Ainsi, les actions menées au nom de la sécurité ne sont pas des actions répressives mais une aide à l’acquisition de ces réflexes..

Une application pratique sur les lieux de travail orientée sur les risques spécifiques liés à chaque secteur, la prévention à mettre en oeuvre, les dispositifs d’alertes et de sécurité et les modalités d’évacuation pourra s’avérer nécessaires. è l’important est de bien faire comprendre l’utilité de chaque dispositif et son fonctionnement en cas de sinistre.

 

L’EVACUATION

Ici aussi, on retrouvera un besoin de dispositions et d’exemples concrets.

— > Axer les exemples sur un immeuble d’habitation sera un très bon moyen de garder l’auditoire attentif.

On orientera ainsi la formation sur des données pratiques telles que la reconnaissance des itinéraires d’évacuation, les concepts de base.

— > La modélisation par les outils vidéo ou informatique permettra d’impliquer les personnes.

Il ne faut ainsi pas hésiter à caricaturer les réactions de chacun face à l’incident.

— > L’humour et l’ignorance seront aussi des atouts essentiels. Si l’auditoire réagit face au support employé -de quelque manière que ce soit- il s’identifiera inconsciemment à la situation et relativisera les pulsions spontanées à refouler. C’est essentiel en considérant l’Etat de panique généré en pareille situation.

LA PEUR ET L’IGNORANCE SONT A BANNIR DES ESPRITS

1. La peur est génératrice de stress et de maladresses liés à l’instinct de sauvegarde. Il faut que les personnes amenées à intervenir apprennent à gérer cette situation comme tout autre situation quotidienne. Une information complète et pratique doit être priorisée.

— >Seules les notions de risques et de responsabilité doivent subsister .

2. L’ignorance engendre dans la majorité des cas un affolement des personnes qui ne savent pas comment réagir en pareille situation et privilégieront la fuite à l’intervention. (si elles n’aggravent pas la situation)

La première démarche consistera donc à expliciter en détails les mesures internes concourantes à la sécurité et leur action en cas d’incident. è il faut rassurer au maximum et ne pas oublier de mentionner que cette situation est exceptionnelle, que le service de sécurité est présent dans le but d’éviter aussi l’apparition de sinistre.

 

LA COMMUNICATION, LE CONTACT

Le personnel doit percevoir le service (ou le responsable) sécurité comme un allié, oeuvrant pour qu’ils puissent travailler dans les meilleures conditions possibles et non pour leur imposer des mesures restrictives.

LE PERSONNEL DOIT AVOIR LE REFLEXE DECONTACTER LE SERVICE DE SECURITE DES LE MOINDRE DOUTE, A LA MOINDRE INTERROGATION ET SURTOUT PAS LE REDOUTER.

C’est dans ce but que le choix des exemples et du langage à utiliser sera primordial.

Le service de sécurité doit être dérangé pour tous les incidents bénins quotidiens afin d’acquérir ce réflexe (Les Sapeurs Pompiers n’interviennent-ils pas pour incendies réels que dans 5% des cas).

Une complicité doit s’instaurer entre le personnel, le CHSCT, le Groupe de Direction. è Le Responsable sécurité devra considérer ce rôle en priorité pour relativiser les actions (prenant en compte les paramètres négligés de chacun).

On retrouve en partie les paramètres essentiels cités ci-dessus tel l’ignorance et la communication.

En effet, chacun interprète les situations suivant son référentiel, qui, dans le milieu du travail se modélise dans la majorité des cas par son intérêt personnel vis à vis des résultats à atteindre ou de son corps de profession.

L’information et la communication seront les maîtres mots pour que l’Etablissement acquière une politique globale et ne soit plus enclin eux conflits internes bénins influant sur toutes les classes sociales et donc engendrant un manque à gagner indéniable_ ne serait-ce que financièrement.

La formation est un acte de gestion rigoureuse des risques qui a pour but de maintenir un état permanent de sensibilisation et de prévention de chacun afin de se sentir responsable et directement concerné.

 

Document cadre Document cadre 416.50 Kb

 

 

@ Allsecurite

Top Desktop version