Portail Incendie

Switch to desktop Register Login

Instructions Techniques

INSTRUCTION TECHNIQUE N° 263

Index de l'article

Construction et au désenfumage des volumes libres intérieurs
dans les Etablissements Recevant du Public
(Journal officiel du 7 février 1995 et rectificatif au Journal officiel du 11 novembre 1995)

Certains projets de construction, de par leur conception architecturale, prévoient fréquemment la réservation d’un volume libre disposé comme une cour ou une rue intérieure, recouvert ou non et entouré par des niveaux à destinations des plus variées (boutiques, bureaux, chambres d’hôtel, circulations, etc.). L’éclosion d’un incendie dans ce volume ou son environnement immédiat engendre des risques de propagation du feu, des fumées et des gaz chauds.

La présente instruction technique a pour objet de définir les règles de construction et les principes de désenfumage de ces volumes. Elle s’applique, d’une part, aux établissements du premier groupe, d’autre part, aux établissements du deuxième groupe pour lesquels l’encloisonnement des escaliers est demandé.

Elle ne concerne pas :

* les trémies (nota 1) créées par la communication possible entre trois niveaux au plus, lorsque les dispositions particulières l’autorisent ;

* les rues intérieures (nota 2).

Cette instruction technique décrit un certain nombre de configurations et propose des solutions qui sont réputées satisfaire l’exigence de mise à l’abri des fumées. les réalisations qui diffèrent de ces configurations soit par leur architecture, soit par leurs dimensions, soit par les dimensions de leurs volumes adjacents (par exemple : hauteur sous plafond > 4 m), nécessitent une étude particulière, s’appuyant sur les modèles utilisés pour élaborer la présente instruction technique, et seront examinées par la Commission centrale de sécurité, après avis de la C.C.D.P.C.S.A.

1. Terminologie

Dans l’ensemble du présent texte, le mot " atrium " est seul utilisé pour désigner le volume libre intérieur (atriums, patios, puits de lumière...) cité au paragraphe ci-dessus. On appelle donc :

1.1. Atrium à l’air libre

Un volume libre fermé sur toutes ses faces latérales dont la plus petite dimension (paragraphe 1.3) est inférieure ou égale à la hauteur de la façade la plus haute et qui ne comporte aucune occlusion en partie supérieure

1.2. Atrium couvert

Le même volume que ci-dessus avec une couverture totale ou partielle. Dans cette catégorie d’atriums, il faut distinguer :

a) Ceux dont un ou plusieurs niveaux sont ouverts en permanence sur le volume central : atriums couverts ouverts ;

b) Ceux dont tous les niveaux (à l’exception du niveau inférieur) sont fermés par une paroi, même si celle-ci comporte des ouvrants, des balcons ou une circulation horizontale ouverte : atriums couverts fermés.

1.3. Plus petite dimension d’un atrium

La plus petite dimension d’un atrium est définie comme étant le diamètre du cylindre droit s’inscrivant sur toute la hauteur de l’atrium, dans l’espace libre compris entre :

* nez de balcons pour les atriums ouverts ;

* parois verticales pour les atriums fermés ;

* nez de balcons et parois verticales pour les atriums ouverts sur une face et fermés sur l’autre.

1.4. Bases de calcul pour le désenfumage

La section de base de l’atrium (est la plus grande des sections horizontales comprises entre les éléments de construction délimitant l’atrium (nez de balcons et/ou parois verticales).

A chaque niveau, la section du vide entre éléments de construction doit être au moins égale à la moitié de cette section de base.

Le volume de base de l’atrium est le produit de cette section de base par la hauteur totale de l’atrium, mesurée au plafond du dernier niveau.

 

@ Allsecurite

Top Desktop version